d'Ille-et-Vilaine

DÉVELOPPEMENT AGRICOLE

Discours du Président de la République aux Etats Généraux de l’Alimentation:

12.10.2017 La Confédération paysanne salue des avancées positives mais reste vigilante

Lorsqu' Emmanuel MACRON affirme qu'il faut inverser la mécanique de la formation
des prix en partant des couts de production des agriculteurs, il rejoint une vieille
revendication du syndicat. Au XXIème siècle, il est enfin permis d'espérer que les
agriculteurs qui ont la fonction essentielle de nourrir la population en quantité et en
qualité puissent gagner leur vie correctement. Mais redonner du pouvoir d'achat aux
paysans c'est donc s'accorder sur une rémunération décente de leur travail. Le
chantier qui se présente au législateur va dorénavant s'inscrire dans le cadre d'un
commerce équitable. La rédaction des textes de loi sera déterminante pour que les
déclarations d'intention se concrétisent de manière tangible. Toutefois, il ne faudrait
pas que ce soit le consommateur qui fasse les frais de ces nouvelles dispositions.
Les transformateurs et les distributeurs doivent jouer le jeu. C'est à cette seule
condition nous pourrons atteindre l'objectif de produire une alimentation de qualité
accessible à tous. Une crainte subsiste cependant. La ratification du traité de libre-
échange avec le Canada pourrait annihiler ces bonnes intentions. La viande de
porcs et de bœufs importée pourrait clairement concurrencer nos productions. La
cohérence exige donc le refus pur et simple de ces accords ravageurs.


En ce qui concerne l'organisation des productions, nous plaidons pour une
organisation territoriale au niveau d'un bassin de production. Cela veut dire que les
organisations actuelles sont obsolètes et qu'elles doivent dépasser les clivages
traditionnels des laiteries ou des groupements qui mettent les producteurs en
concurrence les uns contre les autres. Cela signifie aussi que des grands groupes
coopératifs à dimension nationale ou internationale devront accepter une réorganisation
interne qui s'adapte à ce nouveau contexte. Ce sont des changements en profondeur
qu'il va falloir opérer. C'est à ce prix que les producteurs retrouveront du pouvoir.

Pour contacts :
Jean-Marc THOMAS, porte-parole régional : 06.77. 86.36.96