d'Ille-et-Vilaine

PESTICIDES

MANGEZ FRANCAIS : DES ENGAGEMENTS PAS UN SLOGAN !

13.02.2017 Communiqué de presse de la Confédération paysanne de Bretagne

Voilà près de 2 mois que 25 000 tonnes de maïs d'importation traité à la phosphine et destiné à l'alimentation animale sont bloquées dans le port de Brest.
 
Les risques pour les travailleurs affectés à la manipulation de ce maïs et l'éventuelle contamination de la chaîne alimentaire ont été dénoncés le 16 janvier dernier par un collectif de syndicats et d'associations avec lequel nous - paysans et paysannes de la Confédération Paysanne de Bretagne - sommes en accord. 
 
Le 31 janvier, Triskalia, une des coopératives utilisant ce maïs pour la fabrication d'aliment, a réagi en niant toute responsabilité des acheteurs dans le traitement pendant le transport et en soulignant qu'il n'y avait aucune nécessité à détruire le stock traité.
 
La phosphine est un gaz hautement toxique dont l'utilisation n'est plus autorisée en France. Dans ces conditions, comment peut-on défendre le « Mangez français » que les filières longues utilisent comme argument de vente ? Quelles sont donc les garanties de qualité et de sécurité alimentaire pour les produits d'élevage estampillés « Viande d'origine Française » ?
 
Pour mettre du contenu dans ces attestations d'origine, il est nécessaire
  • que les travailleurs impliqués tout au long de la chaîne - dans les secteurs de l'agriculture, l'agro-alimentaire et la vente - bénéficient de conditions de travail et de rémunération correctes,
  • que la traçabilité des produits soit assurée dans la totalité des phases d'élaboration, depuis la 
  • production des végétaux en passant par le transport, le stockage, la transformation, etc...
  • que l'alimentation animale soit fabriquée prioritairement à partir de productions - maïs notamment - cultivées au plus près de la zone d'élevage,
  • que les produits de traitement qui ne sont pas agréés en France ne soient pas utilisés sur des produits qui entreront, à quelque stade que ce soit, dans l'élaboration de produits finis dont l'origine est garantie française.
 
Ainsi, nous réaffirmons la nécessité de :
  • protéger les salariés et autres utilisateurs des risques qu'ils encourent avec les produits chimiques de traitement.
  • rétablir un fort lien au sol des élevages bretons pour éviter ce risque de dérive.
 
 
 
Contact presse
Jean-Marc THOMAS – Porte-parole de la Confédération Paysanne de Bretagne : 06.77.86.36.96
Yvon CRAS – secrétaire général « Environnement » : 06.83.56.00.93
Véronique MARCHESSEAU –membre du comité régional : 06.98.81.51.93
MOBILISATIONS
Pétition pour la liberté vaccinale - Contre les mesures mises en place pour la FCO-4
La Fièvre Catarrhale Ovine (FCO*) est une maladie virale, transmise par des moucherons, qui n’affecte pas les ...
en savoir +